Vote utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

Le faible accès des jeunes ruraux à des services financiers adaptés s’explique par un certain nombre de contraintes, dont :

Les limites des modèles de distribution : il s’agit notamment de l’éloignement physique des points de service et de la faible disponibilité des services. Le développement de produits adaptés signifie la prise en compte de ce besoin dans la conception du produit. Les développements récents des nouvelles technologies de l’information et de la communication peuvent contribuer largement à la réduction des coûts liés aux diverses méthodes de distribution.

Vote utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

L’actualité du secteur de la microfinance est dominée par la poursuite du plan d’urgence déclenché depuis 2015 dans le cadre de l’assainissement du secteur, l’adoption de la politique national et son plan d'action 2016-2020 , le  développement d'un mécanisme pérenne de refinancement des SFD et l’amélioration de la couverture des segments ruraux à travers la mise en marché de service financiers inclusifs 2. Elle aussi marquée par l'arrivée de nouveaux acteurs qui disposent de moyens importants (MICROCRED, PAMF et AMIFA) mais aussi un regain d'interet des banques commerciales pour les segments ruraux.

Vote utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

 La mise en œuvre des politiques et programmes du secteur agricole a été soutenue par un accroissement des investissements dans le secteur agricole1.  Ainsi, au titre de 2015, l’encours de crédit à l’économie est évalué à 1747,5 milliards de francs FCFA à la fin décembre 2015, soit une progression de 289,3 milliards par rapport à décembre 20142.  Une partie de cet accroissement est imputable aux appuis en faveur d’entreprises du secteur agricole, en particulier sur les intrants agricoles. Ces appuis ont eu pour effets directs une augmentation de la production céréalière globale, un accroissement des superficies et des efforts d’intensification des différentes cultures.  Néanmoins, le secteur primaire reste encore peu attractif pour le financement bancaire. Ainsi, en 2016, 60% des crédits octroyés3 aux entreprises par les banques ont été mobilisés par les secteurs du négoce, des hydrocarbures, l’industrie manufacturière, les transports, la télécommunication et l’immobilier4. On estime que moins de 2% de la population agricole a accès au crédit5.  Globalement, la part du financement bancaire dans le PIB est seulement de 21%6.

Vote utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

L'économie, dans sa nature et ses pratiques, s'attache essentiellement à l'évaluation marchande des biens et des richesses et se place délibérément hors du domaine des relations intra- familiales et sociales.  Cependant, de plus en plus, à l’échelle mondiale, au Nord comme au Sud, face aux carences de l’Etat et du marché, le recours à l’économie solidaire apparaît comme la solution qui s’impose pour « réencastrer » l’économique dans le social et dans le politique.